dimanche 13 mars 2011

4 Emploi: Vos CV sont evalués et impitoyablement triés par des logiciels, voici 4 méthodes d’optimisation de CV


1) Evaluations en ligne de votre CV :

* A quoi ça sert ?

- De plus en plus, les recruteurs (cabinets spécialisés ou en entreprises) utilisent des logiciels de lecture automatique de CV pour trier le flux de candidatures reçues en ligne. De ce fait, le logiciel que vous avez utilisé pour rédiger votre CV (Word et ses versions, PDF, PowerPoint, ...) et la manière dont il est structuré (texte à plat, tableaux, ...), le rendent plus ou moins interprétable par ces logiciels d'analyse automatique.
- Plusieurs sites proposent de charger votre CV, et de vous le restituer tel qu'il est interprété, ce qui permet d'en retoucher la présentation pour en améliorer sa détection. A titre d'illustration, si vous écrivez "anglais et allemand bilingue", vous avez toutes les chances que le recruteur voit "anglais - niveau non précisé" et "allemand - niveau non précisé". Alors que "anglais bilingue, allemand bilingue" est détecté correctement ... !

* Quelques sites :

- http://jobetic.cvreader.fr/
- http://www.c-l-e.fr/cv_146.htm

Les CV, désormais adressés par centaines de milliers aux recruteurs par mail, sont impitoyablement triés par des logiciels qui ne se laissent pas séduire par des arguments trop humains. Cependant, des techniques de rédaction existent pour permettre à votre CV de parvenir dans les mains d'un recruteur. Elles vous sont révélées par un spécialiste, Frédéric Lapras, Président de R.Flex Progiciel, l'un des principaux éditeurs français de solutions de e-RH, émanation d'un cabinet de conseil en ressources humaines.

La plupart des cabinets de recrutements ou des services RH d’entreprises qui gèrent de gros volumes de candidats sont aujourd’hui équipés de solutions logicielles pour automatiser la publication de leurs offres d’emploi et la collecte des candidatures, via leur site internet. Ces solutions intègrent des outils qui permettent d’automatiser le tri des CV. D’où la nécessité pour les candidats de (re)penser leur CV pour ce dernier ait plus de chances d’apparaître « en haut de la pile ».
Comment fonctionnent les solutions de tri informatisé de CV ?
La majorité des candidatures aux offres d’emploi sont aujourd’hui traitées par Internet. Si le tri entièrement informatisé de CV est interdit en France, les solutions mises en œuvre par les cabinets de recrutements ou les entreprises facilitent le « classement des candidatures » en opérant de deux manières.
La première consiste à faire remplir un formulaire au candidat. Plus il y a de champs à remplir, plus le recruteur aura de possibilités de procéder à des requêtes fines pour trier les CV. Par exemple, il pourra ne visualiser que les personnes Bac + 5, ayant une expérience de plus de 10 ans dans le domaine de l’industrie automobile, avec des compétences en PAO/CAO, parlant le français, l’anglais et l’allemand. Dans ce cas, le candidat aura intérêt à remplir tous les champs.
La seconde consiste à mette en place des formulaires courts et proposer de joindre le CV. Dans ce cas, l’entreprise aura probablement mis en place une solution intégrant des outils d’analyse sémantique qui permettent à la fois de « reconnaître » les informations contenues dans les CV reçus dans un format non-structuré (Word, PDF, HTML, Txt, RTF…) et de les « injecter » automatiquement dans la base de données de candidats. Ces solutions facilitent aussi les « recherches intelligentes » dans le vivier de candidats pré-existants de l’entreprise ou du cabinet de recrutement par simple saisie de mots clés ou d’expressions.
Une fois la reconnaissance de mots clés réalisée, il existe deux méthodes de tri. La « méthode de scoring » permet au recruteur de pondérer chaque mot clé ou expression. Par exemple, « informatique » vaudra 1, « analyste programmeur » vaudra 2 et « Java » aura un poids de 5, etc. La « méthode de ranking » calcule quant à elle le nombre de fois où un mot est répété.
Les méthodes d’optimisation de CV
Pour optimiser les chances « que son CV apparaisse sur le haut de la pile », le candidat doit donc veiller à utiliser les « bons mots ou expressions » dans son CV, et notamment respecter ces quelques règles :
1/ Utiliser le vocabulaire métier et/ou sectoriel dans son CV.
Par exemple, dans l’intitulé de la fonction, pour un même poste de commercial senior, les termes utilisés pour décrire le poste pourront alternativement être ingénieur commercial senior, commercial grands comptes, key account manager…
2/ Utiliser une terminologie qui va du plus générique au plus fin, du secteur d’activité à la compétence opérationnelle.
Par exemple, dans le secteur de l’informatique, une personne qui dispose de compétences en « développement Java », devra par exemple veiller à ce que son CV mentionne également « langage objet », voire même « langage de programmation », qui peuvent être des clés de recherche plus larges utilisées par le recruteur.
3/ Répéter les mots clés qui caractérisent ses compétences.
Toujours dans notre exemple, si le candidat a réalisé 3 projets de développement d’applications Java, même si 2 ont été faites en stage, la solution informatique relèvera 3 occurrences du mot clé Java. Attention toutefois ! Il est déconseillé de saisir une longue liste de compétences qui ne font que déprécier les compétences réellement opérationnelles du candidat.
Dans le même ordre d’idée, un candidat motivé pour apprendre le langage Java aurait tout intérêt à le stipuler plutôt que de préciser dans la rubrique divers qu’il a un goût prononcé « pour la pelote basque », ce qui aurait comme effet de faire apparaître sa candidature lors d’une recherche sur le mot clé « java ».
4/ Mentionner le nom des entreprises dans lesquelles il a travaillé, qu’il s’agisse d’un stage, d’un intérim ou d’une mission chez un client final en tant que prestataire extérieur (SSII), car certains recruteurs utilisent ce critère-là pour effecteur leurs recherches.
Il n’existe pas de recette miracle mais des pistes d’optimisation puisque chaque fonction et/ou domaine d’activité, voire même parfois chaque entreprise, a son « propre jargon ». Le candidat peut, pour s’aider, analyser les mots clés généralement utilisés dans les offres d’emploi correspondant au poste/secteur d’activité recherché. Il doit surtout se mettre à la place du recruteur et se demander, s’il était à sa place, quels mots il saisirait …pour définir sa recherche.
Outre les candidatures réalisées directement sur les sites RH des entreprises ou des cabinets de recrutement, ces conseils sont tout aussi valables pour les candidats ayant rentré un profil dans des CVthèques telles que Monster et d’AdenClassified (Cadremploi, Keljob...). Ces dernières sont consultées régulièrement par les professionnels du recrutement.

 
Frédéric Lapras sur : - http://www.latribune.fr/carrieres/recrutement/20090825trib000413907/cv-comment-passer-le-barrage-des-logiciels-de-recrutement-.html

2) Annuaires des cabinets de recrutement :

* A quoi ça sert ?

- "Chasseurs de têtes" est une expression qui suscite rêve, fantasme, crainte ou espoir. La profession compte plus de 5000 consultants exerçant dans près d'un millier de cabinets. Le chercheur d'emploi a tout avantage à segmenter sa démarche en la limitant pour mieux la concentrer sur les cabinets actifs dans son domaine de recherche.

http://www.google.fr/search?q=Annuaires+des+cabinets+de+recrutement
- Plusieurs ouvrages présentent les grandes catégories des cabinets, leurs domaines d'activités, leurs implantations géographiques, les coordonnées de leurs consultants, ...

* Quelques annuaires (compter de 40 à 60 euros) :

- "Le Guide des Chasseurs de tête et des Cabinets de recrutement" par Philippe HAUSTETE - Les Echos Editions

4 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 

Sans RelecturE Copyright © 2011 - |- Template created by O Pregador - |- Powered by Blogger Templates